Entretient maison

Des rendements en dents de scie pour les SCPI de tourisme

À l’heure où le Covid-19 provoque des préjudices profonds sur les activités des entreprises et sur l’économie de manière générale, le marché de l’immobilier n’en est pas non plus épargné, en particulier celui des immeubles liés au tourisme. Les restrictions sur le trafic aérien ont généré des impacts considérables sur les hôtels et les restaurants, et plus globalement sur le tourisme de loisirs et d’affaires. Quant aux SCPI qui exploitent ce type d’immobilier, elles connaissent une évolution plus ou moins variable de leur rendement.

Business, Chart, Graph, Graphic, Diagram

La situation vers le milieu du premier semestre 2020

La crise sanitaire s’est déclarée en février, au moment où la propagation de l’épidémie a atteint des proportions alarmantes, ce qui a irrémédiablement conduit au confinement total sur tout l’ensemble du territoire. Toutes les activités étaient à l’arrêt, excepté celles pour le commerce essentiel de même que les activités se rapportant au secteur de la santé.

De son côté, la consommation touristique a fortement été atteinte, en raison de la fermeture complète des aéroports. En période saine et prospère, le secteur touristique connaît d’ailleurs un cycle particulier, les basses et les hautes saisons, que les professionnels devaient gérer pour prospérer durablement. Or, la survenue de la crise a fortement bouleversé ces repères, faisant naître toute une série d’incertitudes sur l’avenir de ce secteur. Aucune sortie de crise n’est encore prévue à ce jour, bien que le gouvernement tente de remettre l’économie sur les rails, et par conséquent, pas de retour à la normale avant encore quelques temps pour ce secteur de plus en plus fragilisé.

Pour les SCPI, les sociétés de gestion ont suivi la situation de près, analysé la capacité financière de leurs entreprises locataires à faire face à cette crise de grande ampleur. Celles-ci ont choisi de maintenir les baux en les accompagnant tout au long de cette période critique : annulation des intérêts de retard de paiement des loyers, report des échéanciers au besoin. Notons par ailleurs que les sociétés de gestion ont préalablement sécurisé les baux suivant différentes stratégies, dont le choix très sélectif des locataires.

Ce sont ainsi les loyers provenant de ces SCPI de tourisme qui ont fait l’objet d’un report de paiement, mais dont le recouvrement a été régularisé dès la fin du premier semestre. D’où une légère baisse de leur rendement au cours de cette période.

La situation à la tentative de relance de l’économie

La reprise des activités a été progressive pour tous les secteurs, et l’économie, bien qu’encore fragile, semble reprendre assez timidement dès le début du second semestre. Le tourisme de loisir a été encouragé avec la reprise partielle des vols. Entretemps, les professionnels de ce secteur se sont préparés pour faire face aux changements et aux conséquences attendus, comme sécuriser leurs activités, équilibrer la trésorerie, attirer avec de nouvelles offres en conformité avec les règles sanitaires imposées afin de rassurer les clients, voire innover.

Pour les SCPI, les entreprises locataires ont commencé à tirer profit de cette bouffée d’oxygène à partir de cette période. Elles voient alors remonter leur taux de rendement.

La situation sur le dernier trimestre 2020

C’est deux mois avant la fin de l’année que la pandémie a connu une nouvelle résurgence avec l’augmentation du nombre de cas contaminés. D’où la décision gouvernementale de reconfiner la population, provoquant à nouveau l’arrêt des activités pour tous les secteurs. Toujours est-il que des aides de l’État ont été mis à disposition aux différents acteurs de ce secteur en difficulté, de même qu’un plan de redressement avec de solides mesures d’accompagnement, ce qui ne devrait pas profondément affecter la trésorerie et par conséquent, la capacité à s’acquitter régulièrement des charges.

Laissez votre commentaire à propos de cet article